Violence en milieu scolaire : le temps d’agir

25 septembre 2012

Violence en milieu scolaire : tout le monde doit mettre l’épaule à la roueChaque jour, un trop grand nombre d’élèves se demandent, dans l’angoisse, s’ils seront intimidés. Cette souffrance quotidienne, que l’on banalise parfois, met en péril leur réussite et porte trop souvent atteinte à leur estime de soi. C’est inacceptable, il faut agir pour contrer ce phénomène. Aussi, j’étais fière d’annoncer lors d’une conférence de presse dimanche dernier, en concertation avec la Fondation Jasmin Roy, la mise sur pied de projets-pilotes pour contrer l’intimidation dans une douzaine d’écoles.

Il faut des stratégies et des outils

L’an dernier, avec le soutien de la CSQ, cette fondation a mis en place quatre projets-pilotes. Le bilan que la CSQ en a fait est à ce point encourageant que la Fondation a décidé d’accroître le nombre de projets, qui consistent essentiellement en une subvention de 10 000 $ permettant de libérer une ou un intervenant une journée par semaine pour qu’il devienne responsable de la lutte contre l’intimidation dans son école.

Nous basant sur l’expérience de ces projets, nous avons convaincu la ministre de l’Éducation d’intégrer l’obligation de nommer une personne responsable par école dans la loi 56 visant à prévenir et à combattre l’intimidation. Il reste maintenant au nouveau gouvernement à aller plus loin et à dégager les ressources nécessaires pour permettre aux écoles de lutter efficacement contre la violence et l’intimidation. De notre côté, à la CSQ, nous continuerons à proposer des stratégies et à outiller les personnes responsables dans chacune des écoles. En effet, en décembre prochain, nous proposerons un coffret d’outils en collaboration avec la Fondation Jasmin Roy qui sera inspiré des projets-pilotes.

Il faut cibler les témoins

Les stratégies qui seront proposées prévoiront des actions auprès des victimes et des agresseurs, et elles cibleront aussi les témoins qui se rangent du côté de l’agresseur ou refusent d’intervenir de peur de devenir eux-mêmes des victimes. La meilleure façon de les convaincre, c’est de faire de la lutte contre l’intimidation et la violence non pas une affaire individuelle, mais une préoccupation de l’ensemble de l’école.

En tissant des liens avec des partenaires comme la Fondation Jasmin Roy, nous renforçons nos actions et nous contribuons à faire de nos établissements scolaires des milieux de vie sains et sécuritaires. Nous contribuons ainsi à créer un climat plus propice à l’apprentissage. S’il peut paraître illusoire d’éliminer toute forme d’intimidation dans nos écoles, nous pouvons et nous devons agir pour la réduire. Plus qu’un simple souhait, c’est un devoir citoyen, un engagement auquel nous ne pouvons nous soustraire.

La CSQ est au rendez-vous. Y serez-vous ?

Liens

Fondation Jasmin Roy

Violence et intimidation en milieu scolaire : un projet de loi qui répond à plusieurs de nos attentes