La fiscalité : pauvres riches

28 septembre 2012

Révision de la fiscalité : pauvres richesDans quel monde vivons-nous ? Il n’y a plus personne pour défendre les riches. Les pauvres ! Je sais, je sais, depuis quelques jours vous retenez vos sanglots devant tous ces malheurs qui accablent nos mieux nantis, innocentes victimes des volontés de la majorité envieuse. Pour calmer mes inquiétudes envers le sort réservé à nos privilégiés, j’ai consulté nos économistes. Ils m’ont appris qu’avec la révision de la fiscalité proposée par le gouvernement, les contribuables les plus riches payeront une proportion moindre de leur revenu total (17 %) qu’ils n’en payaient à la fin des années 1990 alors que cette proportion atteignait 19 %…

 La décision du gouvernement ne fait que ramener
un peu d’équité dans notre régime fiscal

 La proposition du gouvernement n’a pas pour effet d’augmenter globalement l’impôt des contribuables contrairement à ce que certains laissent entendre. Cette mesure ne fait que rééquilibrer l’effort fiscal de chacun. Vue sous cet angle, la décision du gouvernement ne fait que ramener un peu d’équité dans notre régime fiscal qui a contribué, au fil des ans, à creuser les inégalités et à alimenter le sentiment d’injustice chez une portion importante de nos concitoyens. En fait, la réforme proposée, en remettant plus d’argent dans les mains de la classe moyenne par l’abolition de la taxe santé, le gel des frais de scolarité et autres mesures, pourrait bien avoir pour effet de relancer la consommation au moment où tous les signaux pointent vers un ralentissement économique. Cela ne devrait pas être trop mauvais pour le monde des affaires… Je me trompe ?