Ottawa : un gouvernement au service de la grande entreprise

15 octobre 2012

Le règne des tyrannosauresUne étude du Laboratoire d’études socio-économiques de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) nous apprenait récemment qu’une forte proportion d’entreprises canadiennes ne paient pas leur juste part d’impôt. Si l’on en croit les résultats de cette étude réalisée à partir des données d’une centaine d’entreprises canadiennes parmi les plus lucratives, 71 % d’entre elles n’ont pas payé d’impôt ou avaient un taux effectif ou réel inférieur au taux statutaire moyen d’impôt sur les bénéfices au Canada. Tout cela en toute légalité…

Le gouvernement Harper fait preuve d’une outrageante complaisance envers les entreprises

Le gouvernement Harper fait preuve d’une outrageante complaisance envers les entreprises, principalement les grandes entreprises et les banques (dont il a réduit le taux d’imposition année après année depuis qu’il est au pouvoir). Par contre, au même moment, il exige des travailleuses et des travailleurs de faire des sacrifices sur le plan des protections sociales. Par rapport à cette injustice, les gens se mobilisent, dans plusieurs régions, pour contester la réforme de l’assurance-emploi du gouvernement conservateur qui devrait entrer en vigueur en 2013.

Rappelons que cette réforme pénalisera fortement les travailleurs saisonniers et aura un impact extrêmement négatif sur toutes les personnes affectées par le chômage. Les régions périphériques des grands centres, où le cœur de l’économie bat au rythme des saisons, feront particulièrement les frais de cette politique visant à rendre plus vulnérables les travailleuses et les travailleurs qui devront accepter des emplois moins bien rémunérés sous peine de ne pas pouvoir profiter pleinement de leur couverture d’assurance-emploi, qu’ils ont pourtant payé pendant leur période d’emploi.

Alors que les grandes entreprises s’en mettent plein les poches en raison de politiques fiscales avantageuses, les conservateurs réduisent la couverture de l’assurance-emploi dont la caisse, faut-il le rappeler, n’est plus alimentée par le gouvernement depuis plusieurs années.

 Le règne des tyrannosaures

Alors que certains s’inquiètent du présumé pouvoir excessif des syndicats, qu’ils n’hésitent pas à qualifier de dinosaures pour miner leur crédibilité, ils n’ont pas vu les tyrannosaures de la grande entreprise, des banques et du monde de la finance qui s’arrachent la plus large part du butin dans leur cour arrière. Il y en aura toujours parmi les tenants de la loi du plus fort, ces évadés du parc jurassique économique, pour nous affirmer sans sourciller qu’ils quitteront le pays si notre fiscalité n’est pas compétitive. Et il y en aura toujours des naïfs pour les croire.

Que le patronat se rassure, avec les conservateurs au pouvoir à Ottawa et les entreprises de presse qui les appuient, les intérêts du monde des affaires et de la grande entreprise sont entre bonnes mains. Quant aux travailleuses et aux travailleurs, ils devront se contenter des miettes qui pourraient accidentellement tomber des poches débordantes des biens nantis et les remercier de leur générosité. Révoltant !

Les grandes entreprises canadiennes ne paient pas leur juste part d’impôt sur le revenu

Contre le saccage de l’assurance-chômage

La réforme de l’assurance-emploi inquiète au Lac-Saint-Jean

Manifestation nationale pour dénoncer la réforme de l’assurance-emploi