Assurance-emploi : une catastrophe !

17 décembre 2012

Assurance-emploi : une catastrophe !Après l’adoption de l’inique projet de loi C-377 sur la « transparence » des syndicats, le gouvernement conservateur renchérit avec une éloquente démonstration de son mépris absolu pour toute forme de processus démocratique. Comment qualifier autrement l’annonce faite le 13 décembre, au lendemain de la clôture des travaux de la Chambre des communes, des détails des modifications apportées au Règlement sur l’assurance-emploi qui entreront en vigueur dès le 6 janvier 2013 ? Non seulement les conservateurs ont-ils attendu la levée de la Chambre pour empêcher toute question et tout débat de la part des partis d’opposition, mais aucune consultation publique n’a eu lieu pour permettre aux groupes intéressés et à la population d’émettre leurs commentaires sur une réforme majeure du régime d’assurance-emploi.

Une réforme qui pénalise les sans-emploi

Rappelons que les amendements apportés à la Loi sur l’assurance-emploi en juin dernier (projet de loi « mammouth » C-38) et ceux qui viennent d’être divulgués concernant le Règlement sur l’assurance-emploi auront principalement les effets suivants :

  • remplacement des conseils arbitraux par le Tribunal de la sécurité sociale (remplacer un système d’appel rapide, efficace, convivial et équitable par un système lent, impersonnel et arbitraire) ;
  • création de trois catégories de chômeuses et chômeurs selon le nombre de semaines de prestations reçues au cours des années précédentes (acharnement supplémentaire sur les personnes ayant déjà eu le malheur de subir davantage de périodes de chômage, particulièrement dans les régions à forte proportion d’emplois saisonniers) ;
  • important risque d’affaiblissement de l’économie des régions ressources (ce n’est pas moi qui le dis, mais les maires de ces régions et les associations patronales !) ;
  • perte probable de main-d’œuvre qualifiée pour occuper les emplois saisonniers (ça aussi, ce sont les associations patronales qui le disent !) ;
  • risque d’exode des personnes habitant les régions ressource.

« C’est vraiment prendre la population pour des imbéciles que d’essayer de lui faire croire que, c’est pour son bien, qu’on lui coupe les vivres ! »

Absolument rien ne justifiait une procédure aussi expéditive, c’est-à-dire une annonce six jours avant la publication des amendements dans la Gazette du Canada (19 décembre), qui elle survient moins de trois semaines avant son entrée en vigueur (6 janvier). Il est par ailleurs choquant de voir la ministre Diane Finley se vanter dans son communiqué de presse que « le gouvernement respecte l’engagement pris dans le Plan d’action économique de mieux jumeler les Canadiennes et les Canadiens aux emplois dispo-  nibles ». Autrement dit, les conservateurs sont fiers de respecter leur promesse de procéder aux plus importantes coupures depuis près de 20 ans dans le régime d’assurance-emploi ! C’est vraiment prendre la population pour des imbéciles que d’essayer de lui faire croire que c’est pour son bien qu’on lui coupe les vivres ! Ce n’est sûrement pas pour réduire le cynisme à l’égard des gouvernements. Mais, ce qui est peut-être encore plus grave, c’est de constater un tel cynisme du gouvernement envers sa population…