Le gouvernement Harper craint les fraudeurs

23 avril 2013
Le gouvernement  Harper craint les fraudeurs

Le 27 avril, manifestons en grand nombre !

De qui parle-t-on ici ? Si vous croyez que le gouvernement conservateur craint celles et ceux ayant recours à des stratagèmes fiscaux privant nos sociétés de milliards de dollars, vous avez tout faux !Je parle bien entendu des chômeuses et des chômeurs qui sont prestataires fréquents, les travailleuses et les travailleurs qui occupent des emplois saisonniers ou à forfait, ceux-là mêmes que le gouvernement Harper soupçonne de fraude.

Un acharnement mal placé

Cet acharnement du gouvernement du Parti conservateur envers des citoyennes et des citoyens se retrouvant dans une situation de précarité m’indigne profondément et me convainc, plus que jamais, de la nécessité d’être présents par milliers le samedi 27 avril lors de la manifestation nationale contre le saccage de l’assurance-emploi dans les rues de Montréal !

Toutes celles et tous ceux qui occupent des emplois essentiels dans l’économie de nos villes et de nos régions (agriculture, éducation, culture, communications, faune, parcs, pêche, hôtellerie, tourisme, restauration, etc.) se retrouvent dans la mire de Stephen Harper. Les objectifs de réduction des prestations imposés aux fonctionnaires de Service Canada les forcent à traiter tous les prestataires de l’assurance-emploi comme des fraudeurs potentiels.

Tous des « Bougons » ?

Le gouvernement Harper semble leur envoyer un message selon lequel leur labeur quotidien n’a aucune importance. Il ressort du discours conservateur une sorte de mépris à l’égard de ces chômeurs qui se complairaient dans ce « mode de vie ». On traite ces travailleuses et ces travailleurs comme si leur seul but était de s’enrichir frauduleusement, au détriment des « honnêtes » citoyens, en abusant du système. C’est scandaleux !

Les seules réponses possibles : la mobilisation et la solidarité

Un tel mépris du travail des citoyennes et des citoyens du pays duquel il est le premier ministre est inadmissible. Un pareil saccage de l’assurance-emploi, un filet de sécurité que les travailleuses et les travailleurs du Canada se sont donnés pour faire face à des pertes d’emploi et dans lequel le gouvernement fédéral ne verse plus un sou, est inacceptable.

Devant un tel affront, une telle arrogance, les seules réponses possibles sont la mobilisation et la solidarité. On se voit le samedi 27 avril, dans la rue !


Références :

Assurance-emploi – Ottawa se méfie des travailleurs saisonniers

Assurance-emploi – Service Canada annule rétroactivement une entente

Visites surprises chez les chômeurs: Stephen Harper défend le contrôle du régime d’assurance-emploi