Le départ de la « dame de béton »

14 avril 2014

Le départ de la « dame de béton »Il y a une semaine déjà, comme beaucoup d’entre vous, j’ai assisté à une soirée électorale mouvementée. Cette soirée aura vu la fin de la carrière politique d’une femme d’exception qui a marqué le Québec par son passage en politique. Pauline Marois, celle qu’on surnommait depuis peu la « dame de béton », a finalement tiré sa révérence à la suite de la défaite électorale du Parti québécois.

J’ai beaucoup d’admiration pour cette femme politique et il serait indécent que l’on ne retienne du cheminement de Pauline Marois que cette défaite. En plus d’avoir été la première femme à occuper la fonction de première ministre, son héritage politique est trop important pour se résumer à cette seule soirée électorale.

Une longue et riche expérience

Madame Marois a fait son entrée à l’Assemblée nationale en 1981. Depuis, elle a dirigé pas loin de dix ministères en plus d’être présidente du Conseil du trésor. Ce n’est pas rien ! Personne au Québec n’a occupé autant de fonctions ministérielles et n’a une aussi grande connaissance de la fonction publique québécoise.

Des dossiers importants

En trente ans de carrière politique, Pauline Marois a contribué à faire avancer beaucoup de dossiers, permettant l’avancement du Québec sur plusieurs plans. Elle est notamment l’instigatrice de la toute première politique familiale du Québec. On lui doit la création des services de garde éducatifs à l’enfance, un réseau qui permet aujourd’hui à des milliers de femmes d’intégrer ou de réintégrer le marché du travail.

Une priorité : le Québec

Une chose est claire, madame Marois a toujours eu le Québec à cœur. Sa priorité pour le bien commun de notre société ne se dément pas. Son parcours nous laisse entrevoir une femme dévouée qui a tout fait pour faire progresser le Québec, de toutes les manières possible. Que ce soit en éducation, en finance, en petite enfance ou en santé, Pauline Marois n’a jamais failli dans sa volonté de donner son maximum à la population du Québec.

Une femme inspirante

Par son parcours en politique, elle a été une inspiration pour beaucoup de femmes, ce milieu étant encore aujourd’hui un boys’ club. À sa manière, elle a su évoluer dans un univers retors et complexe. Depuis une trentaine d’années, Pauline Marois a laissé sa trace dans la société québécoise. Elle a aussi pavé la voie à beaucoup d’autres femmes, que ce soit en politique ou dans la société civile.

Je souhaite de tout cœur que l’on retienne de son parcours flamboyant sa réussite à investir la plus haute fonction du Québec ; la première femme de notre histoire à devenir première ministre !

Merci, madame Marois, pour votre engagement ! Votre détermination et votre implication ne peuvent qu’inspirer beaucoup d’autres femmes à investir les lieux de pouvoir au Québec !