Mettre fin à la pensée magique libérale

28 novembre 2014

Mettre fin à la pensée magique libéraleLa pensée magique libérale, c’est de croire qu’on peut résumer les besoins de la population à des petites cases à cocher ou à décocher sur une feuille Excel comme semble le croire Martin Coiteux et les membres de la Commission permanente de révision des programmes. Ne leur en déplaise, la réalité est autrement plus complexe!

Des parents à temps partiel, comme par magie
La pensée magique, c’est de croire que les parents du Québec vont commencer à chercher des places en garderie à temps partiel aux quatre coins de la ville pour leurs enfants. C’est aussi de croire que ces enfants ne développent aucun lien d’attachement avec leurs éducatrices et n’ont pas besoin de stabilité. Non, madame la ministre, les services de garde éducatifs ne sont pas des places de stationnement où on laisse son enfant, le temps d’une journée de travail. Revenez sur terre.

funniest-kid-gifs-parking

 

 

 

 

 

 

Parlons de fusions
Du côté de l’Éducation, le ministre Bolduc a décidé de nous faire tout un tour de magie. Il fera disparaître la moitié des Commissions scolaires, imposera des compressions de personnel et redessinera la carte scolaire au grand complet sans que cela n’affecte les services aux élèves. Pensant certainement que le secret réside, comme dans le tour de la nappe, dans la rapidité d’exécution, il brûle des étapes et part au galop.

funny gifs

Sauf qu’encore une fois, c’est un symptôme de la pensée magique néo-libérale. Non seulement ces fusions affecteront les services aux élèves, mais elles risquent de causer bien des maux de tête aux parents qui devront gérer les changements d’écoles de leurs enfants qui en résulteront. Tout ça pour quoi? La dernière vague de fusions des commissions scolaires a coûté 70M$ au trésor québécois plutôt que de générer des économies. On se demande bien ce qui va encore sortir du chapeau de monsieur Bolduc.

funny gifs

Gaétan Barrette le magnifique?
Le ministre de la Santé et des Services sociaux est l’un des plus grands prestidigitateurs du gouvernement Couillard. Avec son projet de Loi 10, Gaétan Barrette essaie de nous faire le coup des budgets sciés en deux sans effets sur le personnel soignant et les services aux patients. Non content de ça, il fait disparaître tous les pouvoirs décisionnels des régions et les conseils d’administrations dans les hôpitaux. Grâce à la pensée magique libérale, le ministre croit que tout cela se fera au bénéfice des patients. Il n’en est rien. Dans la vraie vie, monsieur le ministre, quand on coupe, ça fait mal!

La fin de l’illusion
La magie repose sur l’illusion, sur le détournement de l’attention. Une fois qu’on connaît le truc et qu’on est bien attentif, le tour ne fonctionne plus. C’est ce qui est en train de se passer au Québec. Les fils dépassent, les formules magiques ne suffisent plus. Monsieur Coiteux, magicien en chef du gouvernement, aura beau répéter inlassablement ses formules magiques où «équité intergénérationnelle», «optimisation», «dévote du Québec» ont remplacé «abracadabra», nous ne sommes plus dupes.

Non seulement la dette du Québec n’est pas aussi imposante qu’on voudrait nous le faire croire,  mais tous se rendent compte que l’austérité est un choix politique au détriment de la population. Martin Coiteux invite la population à « avoir foi » en ses tours de magie et à se bercer dans l’illusion. Je l’inviterai à mon tour à reléguer la pensée magique aux oubliettes. La pensée magique libérale, c’est aussi de croire que la population du Québec restera passive devant ces attaques. Demain, dans la rue, brisons l’illusion.

revealed