Rien n’est acquis pour les femmes – Marchons ensemble pour promouvoir nos droits !

15 octobre 2015

marche-mondiale-femmesPartout sur la planète, des femmes prendront la rue, le 17 octobre, lors de la 4e action internationale de la Marche mondiale des femmes. Elles dénonceront les atteintes de plus en plus importantes à leurs droits et conditions de vie. Au Québec, c’est à Trois-Rivières que cette grande marche mariant solidarité et revendications féministes se mettra en branle. Une fois de plus, je serai au rendez-vous.

Des inégalités entre les sexes à la hausse

Depuis la marche historique Du pain et des roses, en 1995, la lutte pour une société plus juste et égalitaire a pris de l’ampleur et des gains importants ont été obtenus. Pensons, notamment, à la Loi sur l’équité salariale et à la politique familiale du Québec. Si nous pouvons être fières du chemin parcouru, nous ne devons surtout pas baisser les bras, alors que les politiques d’austérité touchant principalement les femmes et aggravant les inégalités entre les sexes ne cessent de s’additionner.

Des attaques venant de Québec…

À Québec, le gouvernement attaque notre filet social et démantèle les services publics, bien souvent au profit du secteur privé et, immanquablement, au détriment des femmes et des plus démunis. Coupes très importantes dans les services offerts dans les réseaux de l’éducation, de la santé et des services sociaux ; offres salariales inacceptables appauvrissant le personnel de l’État (dont 75 % sont des femmes) ; privatisation des services de garde à la petite enfance… À cette courte liste, une foule d’autres mesures s’ajoutent, dont les compressions au Conseil du statut de la femme et dans les organismes communautaires de défenses des droits, pour ne nommer que celles-là.

… et d’Ottawa

À Ottawa, ce n’est guère mieux. Le gouvernement a mis en pièces plusieurs programmes et mesures destinés à assurer la défense et la promotion des droits des femmes. Il a aussi adopté des politiques néfastes pour les Canadiennes. Ici aussi, la liste est interminable. En voici un aperçu : le fractionnement du revenu des familles, affectant l’accès des femmes au marché du travail et leur autonomie financière ; les coupes très importantes dans la fonction publique fédérale, appauvrissant majoritairement les femmes puisqu’elles représentent 55 % de son personnel ; sans oublier les tentatives de certains députés pour renverser le droit à l’avortement ; les coupes dans les organismes veillant à la santé des femmes autochtones et l’absence de commission d’enquête sur la disparition et l’assassinat de femmes autochtones.

Ensemble pour promouvoir nos droits

Je vous invite à marcher avec moi et toutes les femmes pour dénoncer ces reculs importants, faire barrière aux politiques d’austérité et préserver nos acquis. De dures luttes ont été livrées pour avancer sur le chemin de l’égalité. Ne laissons aucun gouvernement nous faire reculer ! Marchons ensemble ce samedi pour promouvoir nos droits !