La persévérance, l’affaire de toute la communauté scolaire

16 février 2016

Journées de la persévérance scolaire du 15 au 19 février 2016Le hasard a voulu que les audiences sur le projet de loi no 86, visant à revoir la gouvernance du réseau scolaire, commencent en même temps que les Journées de la persévérance scolaire. Cela nous amène à nous poser la question suivante : la réussite et les besoins des élèves québécois sont-ils au cœur de ce projet de loi ?

Le débat devrait porter sur la quantité et la qualité des services à offrir aux élèves plutôt que sur la nature des structures. Un élève à risque de décrochage ne décrochera pas moins parce que nous changeons la gouvernance du réseau scolaire.

Les besoins des élèves d’abord et avant tout

Ce dont l’éducation a besoin au Québec, c’est d’un réinvestissement majeur. Le gouvernement doit assurer un financement à la hauteur des besoins des élèves. Si la priorité est la réussite et la persévérance, il faut donner les moyens aux équipes-écoles d’accompagner les élèves et de les amener à réaliser leur plein potentiel.

Il faut s’assurer que les services dont les élèves ont besoin sont disponibles. Par exemple, il doit y avoir suffisamment de personnel de soutien et de personnel professionnel pour répondre aux besoins dans les écoles et les établissements. Il faut aussi que le ministre se mette en mode écoute et qu’il fasse une place au personnel scolaire pour déterminer les solutions aux problèmes vécus dans les écoles. Qui est mieux placé que les gens sur le terrain pour déterminer les problèmes et les pistes de solution ?

Une véritable politique en éducation

Nous attendons d’un gouvernement et d’un ministre de l’Éducation qu’ils aient une vision et un projet pour l’éducation au Québec. Un projet qui permettrait de favoriser la réussite de tous les élèves, jeunes ou adultes. Une vision de ce que comme société nous pouvons faire pour qu’ils se bâtissent un avenir prometteur.

Ce qui manque au Québec, c’est une véritable politique en éducation. À ce compte, le projet de loi no 86 rate la cible. L’école doit instruire, socialiser et qualifier. Telle est sa mission. Si nous devons repenser la gouvernance de nos établissements scolaires, c’est sous cet angle que nous devons le faire.

Mobiliser les « superhéros » de l’éducation

Cette année, les Journées de la persévérance scolaire visent à mettre en valeur les « superhéros » de l’éducation. Pour ma part, j’ai souligné l’apport important du personnel des écoles et celui des services de garde éducatifs à la petite enfance qui doivent être outillés adéquatement pour accompagner nos enfants dans leur réussite et les aider à persévérer malgré les échecs.

Ces héros ne peuvent pas travailler seuls, le gouvernement doit leur donner les moyens pour mener à bien leur mission et le pouvoir de changer les choses. Les objectifs doivent être clairs.