La privatisation des services de garde

11 avril 2016

330x220enfant-service-gardeIl est de plus en plus clair que les libéraux tentent une privatisation tranquille de notre réseau public de services de garde. La preuve n’est plus à faire, les services de garde privés poussent comme des champignons au détriment des places en centre de la petite enfance (CPE) et en milieu familial régi subventionné. Qu’arrivera-t-il après cette privatisation ? Pour mener à bien cet exercice de politique-fiction, tournons notre regard vers l’Ouest, à Toronto.

Payer pour attendre

C’est une histoire du journal Star qui retient l’attention. On y apprend que des parents se voient obligés de débourser des frais non remboursables allant jusqu’à 120 $ pour inscrire leur enfant sur la liste d’attente pour une place en service de garde !

Et comme il y a une pénurie de services de garde dans la Ville reine, les parents doivent inscrire leurs enfants sur plusieurs listes à la fois avant d’espérer pouvoir trouver une place.

Quand on a fini d’attendre, on paie encore plus

Non contents de charger ces frais exorbitants aux parents, les garderies privées torontoises coûteront aux travailleuses et travailleurs qui doivent faire garder leurs enfants la somme médiane faramineuse de 1 736 $ par mois !

Ces sommes-là ne vont certainement pas aux éducatrices qui y ont un salaire moyen de 25 000 $ par année. Par ailleurs, la plupart d’entre elles ne peuvent pas se permettre de faire garder leurs propres enfants. Ces sommes servent à rentabiliser les opérations de ces garderies privées.

Le Québec, un modèle pour le reste du pays

Est-ce vers ce genre de système que le gouvernement Couillard veut nous amener ? En fin de compte, la privatisation de nos services de garde nous entraînera inévitablement vers un modèle où les services coûteront de plus en plus cher aux parents.

Pourtant, nous avons au Québec un modèle qui a fait ses preuves, tant sur le plan de la qualité des services que sur celui de la rentabilité économique de l’opération. Un modèle que les autres provinces nous envient et que nous devrions renforcer au lieu de le vendre au rabais.

Références

Child care costs highest in Toronto, lowest in Quebec, study finds

Toronto ‘desperately’ needs more affordable daycare spaces, councillor says

Parents urge province to ban daycare wait list fees