Guy Bisaillon : le décès d’un militant d’exception

29 mars 2017

Un fervent syndicaliste nous a quitté. Guy Bisaillon a été un politicien, certes, mais d’abord et avant tout, et dans son for intérieur, son parcours est celui d’un militant pour le droit des travailleuses et des travailleurs.

Le syndicalisme avant tout

Guy Bisaillon a enseigné pendant 7 ans et il a cofondé et présidé le Syndicat de Champlain, en plus de siéger au Conseil d’administration de la CEQ. Acteur bien présent lors des premières négociations nationales pour les enseignantes et enseignants, il aura joué un rôle important pour le syndicalisme au Québec.

Cette sensibilité pour les luttes ouvrières se reflètera particulièrement dans sa carrière de député alors qu’il quittera le caucus du Parti québécois lorsque ce dernier s’apprêtait à forcer le retour au travail des enseignantes et enseignants en grève avec le projet de Loi 111 du gouvernement de René-Lévesque.

Défenseur de l’Éducation

Cette solidarité avec les enseignantes et les enseignants, il l’aura d’abord cultivé comme enseignant en Montérégie et cet amour pour l’éducation l’aura suivi toute sa vie, jusqu’à son passage comme professeur à l’École nationale d’Administration publique (ENAP).

Un amour du Québec

Homme engagé et tribun dynamique, il passa sa vie à militer et à travailler pour améliorer le sort des Québécoises et des Québécois, en accord avec ses valeurs profondes.

Nous avons perdu un grand militant cette semaine. Je ne peux qu’espérer que son parcours saura inspirer une nouvelle  génération de militantes et de militants, motivés eux aussi à bâtir un Québec plus juste et équitable!